Au sujet de

Ces discours, vous les connaissez, ils sont rabâchés (de la même façon) toute la journée sur tous les médias. Ce que nous proposons ici, c'est d'avoir non pas des certitudes, mais des éléments de réflexion, car pour se faire une idée des évènements il faut lire plusieurs point de vue. Et ce n'est pas en écoutant les "médias officiels" que vous pourrez en avoir !
Il ne suffit pas de s’informer, ils faut s’impliquer !

Nous tentons, de donner à ceux qui travaillent, et qui, nous le comprenons fort bien, n'ont pas tout leur temps pour eux, une information ciblée sur l'essentiel de la géopolitique , qui interprète une autre musique que celle diffusée par les médias nationaux. En effet, lire d'autres points de vue permet de se faire une autre idée des évènements. Ainsi, vous pourrez vous forger votre propre idée.


Résultats
» mots clés«

mot recherché : Syrie

Nombre de résultats : 260 pour Syrie

Mardi 19 Mars 2019
Etats de droit

Michel Raimbaud Ancien ambassadeur de France Ce vendredi 15 mars 2019 marque le huitième anniversaire d’un conflit universel. Déjà plus long que les deux guerres mondiales, il a passé « l’âge de raison » qui signifiait pour les parents et grands-parents de jadis la fin de l’innocence de leur progéniture. Les intellectuels de toutes les rives auraient intérêt à lire l’article publié à cette occasion par Kamal Khalaf, écrivain, journaliste et analyste politique palestinien bien connu, qui rappelle une réalité escamotée : » s’il y a une guerre qui n’est pas innocente, c’est bien celle de Syrie « . Près de 400 000 morts, des millions de réfugiés, déplacés, exilés, sinistrés, et une multitude de blessés, d’estropiés, de handicapés à vie. Des orphelins, des veuves, des familles brisées ou dispersées. Sans parler d’un pays en partie détruit, à dessein. Ayant déjà beaucoup dit et écrit à ce propos, je n’allongerai pas l’inventaire des supplices infligés à tout un peuple, victime par surcroît d’un flagrant déni de vérité et de justice sans précédent.

Dimanche 17 Mars 2019
Au Moyen-Orient, les mauvais choix européens s’accumulent

Depuis ces derniers mois, une nouvelle polémique enfle et commence à agiter la sphère politico-médiatique européenne : que faire des nombreux ressortissants désignés comme « jihadistes » qui rentrent ou désirent rentrer dans leur pays d’origine après s’être battus contre l’Etat syrien ? Lire cet article en complément: https://www.voltairenet.org/article205298.html

Vendredi 15 Mars 2019
Rapatriement des terroristes européens depuis la Syrie : Trump assume sa stratégie

Trump veut que les alliés otaniens des US rapatrient leurs ressortissants capturés au cours des opérations anti-terroristes menées par les mandataires des USA. Ils pourront alors être jugés ou réintégrés à la société, au choix de chaque pays.

Mercredi 13 Mars 2019
La CPI s’apprête à violer la décision du Conseil de sécurité et à inculper Bachar el-Assad

L’imposture de la Justice pénale internationale. On croyait impossible que la Cour pénale internationale (CPI) juge des Syriens depuis que la Chine et la Russie ont opposé leur veto à une proposition de résolution occidentale en ce sens. Mais non : une astuce juridique devrait permettre de contourner la décision du Conseil de sécurité. La Cour espère condamner le président Bachar el-Assad, non pas pour l’assassinat de Rafic Hariri (cette imposture a fait long feu), mais pour « crime contre l’humanité ».

Samedi 09 Mars 2019
Venezuela : Guaidó avait prévu d’utiliser des armes…

Sous sanctions économiques, les personnes dépendent du gouvernement pour leurs besoins. C’est pourquoi les sanctions ne font jamais tomber un gouvernement et ne font que nuire à ceux qui sont déjà pauvres. La situation est dans une impasse. Les États-Unis augmenteront les sanctions. Le Venezuela, comme l’Iran et la Syrie, trouvera des moyens de les contourner. Des années plus tard, rien d’essentiel n’aura changé. Guaidó est peut-être un homme séduisant capable de charmer les fonctionnaires de Washington. Mais jusqu’à présent, il n’a rien pu faire. Il n’a que peu d’adeptes et le président Maduro l’ignore simplement.

Jeudi 07 Mars 2019
L’OIAC n’a pas observé d’usage d’armes prohibées par la Syrie

Selon l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques : 1. Aucune trace d’arme chimique interdite n’a été trouvée. 2. La mission n’a pas été autorisée par Jaych al-Islam à examiner les corps des défunts. On ignore donc quel fut leur nombre et même s’il y en a eu. Jaych al-Islam a tenu à l’écart la délégation de l’OIAC, le temps que tous les corps allégués soient brûlés. 3. La mission a, au contraire, pu examiner les lieux deux semaines après l’incident, ce qui ne pose aucun problème pour retrouver des traces d’armes chimiques prohibées. Elle a constatée, sous le regard d’une foule hostile, que deux obus avaient été tirés et qu’ils auraient pu contenir un toxique chloré. Lors de ses relevés, la mission a reçu une grenade, tuant deux personnes et en blessant une troisième. Par conséquent, le bombardement de la Syrie en représailles par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni n’était pas seulement illégal, il était injustifié. Les Syriens attendent leurs excuses. Et pourtant petit macron avait la certitude que l'armée syrienne avait lancé du gaz sur la Douma...

Mercredi 06 Mars 2019
Hajin / Syrie : Pourquoi la Coalition internationale entretient-elle une armée sans oser l’engager sur le terrain ?

« Pourquoi entretenir une armée que l’on n’ose pas engager ? » Telle est l’une des questions posées par le Colonel François-Régis Légrier dans son article « remarquable » [1], intitulé « La bataille d’Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ? » [2], publié par la Revue Défense Nationale de Février 2019 dans la rubrique « opinion », mais aussitôt retiré au motif qu’il critiquait la stratégie de la coalition internationale dans la guerre contre l’organisation État islamique en Irak et en Syrie [3].

Dimanche 03 Mars 2019
Djihadisme et haute trahison

TERRORISTES FRANÇAIS EN SYRIE NON COUPABLES ! POURQUOI ? Les autorités françaises (Fabuis) n’ont cessé de qualifier la République arabe syrienne de « dictature alaouite » et ont appelé à assassiner le président Bachar el-Assad. (Et, Al-Nosra fait du bon boulot...) Pour qu’il n’y ait aucune confusion et que l’on comprenne bien que cet appel au meurtre ne s’adressait pas simplement aux Syriens, mais à tous les Français, la Ville de Paris, à l’initiative de son maire, Mme Anne Hidalgo, a organisé à la Tour Eiffel une journée de solidarité avec l’opposition syrienne. Un bureau de recrutement avait alors été installé au pied de la Tour dont la presse s’est faite l’écho. On comprend que l'État macroniste ne veuille pas le retour de terroristes... qui rendraient coupables les politiques PS du gouvernement de l'époque. Ils n'assument pas. Soi-disant responsables, mais pas coupables !


Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6  >>