Au sujet de

Ces discours, vous les connaissez, ils sont rabâchés (de la même façon) toute la journée sur tous les médias. Ce que nous proposons ici, c'est d'avoir non pas des certitudes, mais des éléments de réflexion, car pour se faire une idée des évènements il faut lire plusieurs point de vue. Et ce n'est pas en écoutant les "médias officiels" que vous pourrez en avoir !
Il ne suffit pas de s’informer, ils faut s’impliquer !

Nous tentons, de donner à ceux qui travaillent, et qui, nous le comprenons fort bien, n'ont pas tout leur temps pour eux, une information ciblée sur l'essentiel de la géopolitique , qui interprète une autre musique que celle diffusée par les médias nationaux. En effet, lire d'autres points de vue permet de se faire une autre idée des évènements. Ainsi, vous pourrez vous forger votre propre idée.


Résultats
» mots clés«

mot recherché : invasion

Nombre de résultats : 7 pour invasion

Jeudi 14 Mars 2019
Maduro 1 – Abrams 0 : mais le match est loin d’être terminé…

Maduro remporte le premier tour de l’affrontement entre le Venezuela et l’Empire anglo-sioniste. Le week-end dernier s’est clairement soldé par une défaite que l’on ne peut qualifier que de totale pour Elliott Abrams. Bien que nous ne saurons jamais ce qui avait été initialement prévu par les esprits déments des néocons, nous savons toutefois que rien de grave ne s’est produit : aucune invasion, pas même une opération majeure sous fausse bannière.

Samedi 23 Février 2019
Le Venezuela résiste au putsch, l’Europe le vote.

Ce samedi 23 février, aux frontières terrestres et maritimes du Venezuela, va se jouer un peu et peut être beaucoup de l’avenir du monde, de celui que nous allons laisser à nos enfants et aux générations à venir. Des colonnes de camions chargés d’ « aide humanitaire » vont tenter de pénétrer dans le pays, malgré le refus du gouvernement légal d’accepter ces chevaux de Troie du putsch et de l’invasion militaire. L’armée vénézuélienne en état d’alerte a été déployée. Au président Trump qui lui donnait lundi l’ordre de se soumettre, l’état-major a rétorqué : « Nous ne sommes pas des mercenaires… Nous n’obéirons jamais aux ordres d’une puissance étrangère. »

Mercredi 30 Janvier 2019
Qu’est-il arrivé au pic pétrolier ?

Au début de l’administration Bush-Cheney, d’innombrables articles et même des déclarations officielles de l’Agence internationale de l’énergie et de divers gouvernements proclamaient le début de ce que l’on appelait le pic pétrolier. C’était l’époque où l’ancien PDG de Halliburton, le vice-président Dick Cheney, a été nommé à la tête de la « White House Energy Task Force ». Dans la période précédant la guerre de mars 2003 contre l’Irak, le pic pétrolier ou le déclin absolu des réserves mondiales de pétrole semblaient une explication plausible, sinon une justification, de l’invasion de l’Irak par G.W. Bush. Moi même, j’ai aussi été pendant un certain temps persuadé que cela pouvait expliquer la guerre du pétrole. Pourtant, aujourd’hui, nous entendons peu parler du pic pétrolier. Comprendre pourquoi est intéressant. Cet auteur qui est aussi l'auteur d'un récent livre sur le Djihad, chroniqué sur notre site, a déjà publié un article en 2015 sur ce qui est tenu d'appelé la théorie du pétrole abiotique. https://www.blogblue.org/admin/index.php?module=affichage&action=modif_cat&id_art=1141

Dimanche 20 Mai 2018
Compte à rebours de la guerre contre l’Iran

John Bolton est un homme sans foi ni loi : Au début de 2002, un an avant l’invasion de l’Irak, l’administration Bush a exercé une pression intense sur [José] Bustani pour qu’il démissionne de son poste de directeur général de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques. (…) Bolton – alors sous-secrétaire d’État au contrôle des armes et aux affaires de sécurité internationale – est allé en personne au siège de l’OIAC à La Haye pour mettre en garde le chef de l’organisation. Et, selon Bustani, Bolton n’a pas mâché ses mots. Il a dit : « Cheney veut que vous partiez », en faisant référence au vice-président des États-Unis de l’époque. « Nous ne pouvons pas accepter votre style de gestion. » Bolton a ajouté, toujours selon Bustani, : « Vous avez 24 heures pour quitter l’organisation, et si vous ne vous conformez pas à la décision de Washington, nous avons des moyens de vous le faire payer. » Puis après un silence : « Nous savons où vivent vos enfants. Vous avez deux fils à New York. »

Jeudi 10 Août 2017
Cacher les mensonges étasuniens à propos de l’invasion de la Libye

En 2016, lorsqu'un rapport parlementaire britannique a démoli l'excuse des États-Unis et de leurs alliés pour avoir envahi la Libye, ç'aurait dû être une grande nouvelle, mais les médias dominants américains [pas qu'eux FR aussi] ont regardé ailleurs, explique Joe Lauria.

Mercredi 21 Juin 2017
Les Terroriseurs, les Terroristes et les Terrorisés

Le mot « terrorisme » est sur toutes les lèvres. Effacez-le dans un endroit, et il réapparaît dans un autre. En dehors de certains endroits où le terrorisme constitue la toile de fond d'une invasion étrangère et de la guerre civile, comme l'Irak et l'Afghanistan, et où la fréquence des attentats terroristes est en constante augmentation, le terrorisme n'est pas l'une des principales causes de décès.

Vendredi 02 Décembre 2016
La guerre à la vérité de l’Ouest

La « guerre au terrorisme » est en même temps la guerre à la vérité. Depuis quinze ans – depuis le 11/9/2001 et les « armes de destruction massive » de Saddam Hussein et ses « liens avec al-Qaïda », les « armes nucléaires » iraniennes, l'usage de « gaz de combat » par Assad », les « mensonges » sans fin concernant Kadhafi, l'invasion de l'Ukraine par les Russes –, pour donner suite à leurs ordres du jour, les directions des soi-disant démocraties occidentales jugent essentiel de s'aligner résolument sur des mensonges. Les régimes occidentaux tentent à présent de discréditer ceux qui contestent leurs contrevérités.


Page 1