On déroule


"L'ignorance du peuple nous garantit sa soumission."
Catherine II de Russie.

Discours officiels

Ces discours, vous les connaissez, ils sont rabâchés (de la même façon) toute la journée sur tous les médias. Ce que nous proposons ici, c'est d'avoir non pas des certitudes, mais des éléments de réflexion, car pour se faire une idée des évènements il faut lire plusieurs point de vue. Et ce n'est pas en écoutant les "médias officiels" que vous pourrez en avoir !

Destruction de vérité

Août, vacances, chaleur, fatigue… Je laisse le célèbre journaliste états-unien John Swinton occuper cet espace du Grand Soir. Le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York où on lui proposa de porter un toast à la liberté de la presse, il a déclaré : Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi […] Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi !
Théophraste R. (Bronzeur moutonnier).
Source : Le Grand Soir


Mot clé : 2019


Samedi 12 Janvier 2019

L’année où la planète s’est retournée


Jeudi 10 Janvier 2019

Prévisions 2019 pour l’Afrique et l’Eurasie


Jeudi 10 Janvier 2019

Du « krach boursier de 2018 » à la « crise financière de 2019 »


Mardi 08 Janvier 2019

Vidéo Ce qu\'il dit en soi n\'apprendra certes rien aux observateurs et il ne peut s\'empêcher quelques petits moments de gloriole infantiles - non, Donald, l\'Iran n\'a pas changé depuis que tu es arrivé au pouvoir et Téhéran ne retire pas ses conseillers spéciaux/milices du Moyen-Orient pour faire face à la contestation intérieure... Mais certaines admissions, certains commentaires pertinents, sont remarquables dans la bouche d\'un président américain devant les caméras de télévision. Petit florilège. En Afghanistan, l\'URSS a eu raison d\'intervenir dans les années 80 pour contrer les djihadistes [soutenus par Washington, ndlr]. Les Américains y sont depuis 19 ans, dépensant une fortune sans résultat. Les Talibans sont plus forts que jamais [aucune surprise pour le fidèle lecteur] et ils se battent contre l\'EI ; laissons nos ennemis se battre entre eux, il serait stupide d\'intervenir. Ce qu\'il ne dit pas, c\'est que les Américains multiplient les pourparlers avec les Talibans, à Abu Dhabi il y a quelques jours, au Qatar prochainement, alors même qu\'ils en accusaient les Russes il y a quelques mois encore. Sur le terrain, les \"étudiants en théologie\" ont mis la main sur un nouveau district et la carte du pays n\'est guère rassurante pour le gouvernement central : Avec sa décision de retrait partiel d\'Afghanistan, le Donald ne fait qu\'entériner la défaite programmée des Etats-Unis. Le Royaume de l\'insolence, tombeau des empires, a encore frappé ! Sur la Syrie, il est tout aussi clair : La Syrie a été perdue il y a longtemps par Obama. Ce n\'est que sable et mort, il n\'y a même aucune richesse et nous n\'avons rien à y faire. Je ne sais pas d\'où sort l\'échéance de quatre mois ; je n\'ai jamais dit que le retrait se ferait en un jour, il sera progressif, mais il se fera. Nous allons faire en sorte que les Kurdes soient protégés même s\'ils ont vendu du pétrole à l\'Iran [??]. Les Iraniens, les Russes et Assad détestent encore plus Daech que nous [la presstituée en a avalé son stylo de travers], ne faisons pas le travail à leur place. Si Israël pensait être rassurée sur les intentions US en dépit du retrait, la dernière sortie de Trump a dû rallumer quelques alarmes. D\'autant plus que, outre ses paroles assez ambiguës sur l\'Iran, il a prononcé une phrase plus qu\'étrange et quelque peu hors contexte : \"Franchement, ils peuvent faire ce qu\'ils veulent en Syrie\". Crise de nerfs à Tel Aviv. Nous assistons peut-être d\'ailleurs à un divorce entre le Donald et le lobby pro-israélien, ce dernier tournant ingratement le dos au président américain qui a pourtant, historiquement, été le plus favorable à Israël... Mais revenons en Syrie. Chat échaudé craint l\'eau froide. Le félin en question, ce sont les Kurdes qui, ne sachant plus quoi attendre des Etats-Unis, continuent leurs négociations avec Damas. Les mots de la porte-parole kurde sont intéressants : \"Les FDS ne tiennent plus compte de la présence ou absence américaine en Syrie\". Propos confirmés par un autre officiel du Rojava. De quoi faire se retourner dans sa future tombe le néo-con Lindsay Graham, pour qui un rapprochement Assad-Kurdes serait \"un désastre majeur\". A Idlib, c\'est le chaos et cette carte en donne une bonne idée : La guerre civile inter-barbue a éclaté et cette fois, elle semble partie pour durer. HTS (Al Qaeda pour les intimes) a lancé une attaque en règle contre al-Zinki qui, avec ses alliés pro-Turcs, a répliqué. Dans l\'affaire, il y aurait une cinquantaine de morts de chaque côté et HTS occuperait même un poste d\'observation turc. Le sultan, justement, n\'est peut-être finalement pas mécontent de la soudaine flambée de violence. Ne sachant plus trop quoi faire de ses barbus après le report sine die de l\'offensive prévue contre les Kurdes, il peut toujours les lancer contre Al Qaeda afin de respecter enfin la promesse faite aux Russes d\'en finir avec l\'Idlibistan. A Moscou, on boit du petit lait. Les Kurdes continuent leurs avances à Damas, les soldats syriens et américains commencent à se côtoyer sans anicroches à Manbij, les djihadistes d\'Idlib s\'entretuent, qui s\'ajouteront aux 23 000 déjà dégommés en 2018... Ca n\'empêche pas le Kremlin de passer la vitesse supérieure. Et nous ne parlons pas ici de l\'inarrêtable missile hypersonique Avangard, qui vole à Mach 20 et devant lequel l\'empire n\'a aucun moyen de défense. Dans le bras de fer engagé avec Washington, Moscou a inculpé un Américain, Paul Wheelan, d\'espionnage deux jours après son arrestation. Certains ne manquent évidemment pas d\'y voir une monnaie d\'échange pour faire libérer Maria Butina. Mais il se pourrait que l\'accusation soit bien réelle. Les deux faits n\'ont peut-être aucun lien mais Wikileaks a révélé il y a peu que les ambassades américaines à travers le monde étaient en train d\'accumuler équipement d\'espionnage et logiciels de hacker. A suivre... Quant au Nord Stream II, la pose des tubes a commencé dans les eaux territoriales suédoises. Là encore, le fidèle lecteur aura été prévenu. Washington ne peut rien y faire et c\'est d\'ailleurs ce qu\'a déclaré il y a quelques jours la Commission de Bruxelles, pourtant connue pour son masochisme et sa sainte horreur du gaz russe dont elle a néanmoins plus que jamais besoin.">Florilège de la nouvelle année


Jeudi 03 Janvier 2019

Prévisions 2019 pour l’Europe

Base de la géopolitique

Samedi 29 Novembre 2014

Le Grand Jeu

Lundi 04 Avril 2016

Guerres hybrides : 5. Briser les Balkans (I)

Jeudi 07 Janvier 2016

La violence impérialiste en Syrie

Lundi 16 Mai 2016

Le terrorisme comme outil de l’État profond

Jeudi 29 Septembre 2016

Un point historique et présent.

Jeudi 29 Septembre 2016

Pour un nouvel indépendantisme – Débat sur la Défense nationale

Lundi 24 Octobre 2016

La bataille d’Alep, dos au mur les américains jouent au Dr Folamour

Mardi 25 Octobre 2016

Cette révolution syrienne qui n’existe pas…

Mercredi 25 Janvier 2017

La fièvre révolutionnaire en Syrie qui n’existait pas (1/3)

Jeudi 07 Juin 2018

La Libye selon l’Onu et la dure réalité

Mardi 24 Juillet 2018

Flash info! La troisième guerre mondiale est enfin terminée!

Samedi 04 Août 2018

Syrie –Dernière bataille en septembre 2018 ?

Dimanche 05 Août 2018

Géopolitique de l’ordre mondial techno-civilisationnel

Samedi 04 Août 2018

le grand jeu , est la domination mondiale, ce dont les néo-conservateurs américains ne se cachent même plus. Le monde unipolaire qu’ils souhaitent instaurer est celui que George Orwell dénonçait dans son roman 1984. Ces gens-là rêvent d’une humanité réduite en esclavage et dont ils seront les maîtres tous puissants. La dernière forteresse qu’il leur reste à conquérir se trouve sur les rives de la Moskova. Et la guerre qu’ils feront, qu’ils font, pour conquérir le Kremlin est une guerre totale : Idéologique, culturelle, religieuse, économique, technologique et bien sûr militaire. Ils se serviront des centaines d’organisations non-gouvernementales comme celles de Monsieur Soros et de ses amis, ils appliqueront la politique des sanctions, ils achèteront les esprits et les âmes et ils donneront leurs directives aux agents de la 5ème colonne afin de saboter et d’affaiblir la puissance slave. Ils paieront des Femen, des Pussy Riot ou des Navalny pour salir et faire tomber la Sainte Russie. Face à cette volonté de conquête de la part du monde anglo-saxon et de son oligarchie financière, face à des êtres pour qui la Russie traditionnelle représente tout ce qu’ils haïssent et qu’ils veulent voir disparaître, les Russes ne peuvent se contenter de contester leurs mensonges à la tribune de l’ONU. La responsabilité de la Russie aujourd’hui est historique et l’enjeu va bien au-delà d’une Sainte Alliance telle que celle dont rêvait le Tsar Alexandre 1er, car si la Russie tombe demain, c’est toute l’humanité qui tombera avec elle sous la férule du monde abject de l’argent. En conclusion, je dirais que le courage et la volonté ne suffiront pas pour gagner cette guerre. Cette fois-ci, il ne faudra pas compter sur le général Hiver pour l’emporter. Car l’arme principale utilisée par nos ennemis est l’arme culturelle et les batailles qu’ils sont en train de livrer se déroulent déjà depuis un quart de siècle de Pskov à Vladivostok. Le cinéma, la musique, les concerts de rock, la peinture, le théâtre, la littérature, l’enseignement, les médias, Internet, tous ces vecteurs sont utilisés pour transformer l’âme du peuple russe et le subvertir, comme ils sont toujours utilisés en occident pour maintenir les populations dans l’adoration de leurs maîtres et des régimes pseudo démocratiques qu’ils nous ont imposés. Il découle de cela que le pragmatisme et le bon sens utilisés comme moyens de défense en réplique aux attaques que la Russie subit de manière croissante ne sont pas des armes suffisantes face à l’hégémonie idéologique et culturelle de notre adversaire commun. Contre l’idéologie des droits de l’homme et du libre marché il faut opposer une vision du monde alternative qui démontre la nocivité des buts poursuivis par l’oligarchie anglo-saxonne. Pour contrer cette idéologie mortifère qui se sert de l’individualisme pour tuer les peuples et les asservir, il faut promouvoir la liberté des peuples et la pluralité des cultures contre le totalitarisme rampant de l’hegemon anglo-saxon. Le conservatisme et le patriotisme sont sans doute des armes qu’il faudra utiliser, mais je ne suis pas certain qu’elles seront suffisantes pour l’emporter. C’est une guerre de religion que mène le Système et l’un de ses buts primordiaux est d’achever l’éradication de la religion chrétienne sur le continent européen. Et la Russie est l’un des lieux où renaît cette foi. Voilà un crime impardonnable. Emmanuel Leroy Cet homme du PCF aux idées de droite. La vieillesse n'arrange pas les neurones. ">Pourquoi les occidentaux haïssent tant la Russie ?

Journalistes à découvrir

Samedi 29 Novembre 2014

Pepe Escobar

Jeudi 04 Août 2016

Paul Craig Roberts

Jeudi 07 Janvier 2016

Kim Peterse

Samedi 20 Août 2016

John Pilger

Jeudi 08 Septembre 2016

Brandon Smith

Mardi 10 Janvier 2017

Andrew Korybko

Quatre dernières semaines

Semaine du Lundi 31/12/2018

Rester en contact

Ne nous inondez pas de mails et de demandes, on n'arrivera pas à suivre !